Dernières semaines de l’autre côté

Dernières semaines de l'autre côté wma 01piste01oceanie.wma
img7602.jpg

img7543.jpgimg7559.jpgimg7633.jpg

img7519.jpgimg7547.jpgimg7586.jpg

Dernières fêtes de fin d’année scolaire, dernière fête à la maison, dernier weekend à Poé, etc, etc…

Bref, Ladies and Gentlemen, on approche du baisser de rideau, et on ne va pas s’étendre plus que cela sur ces ultimes moments, tous des dernières, de crainte que cet article ne rompe de façon trop brutale avec la légèreté habituelle des précédents.

Sinon, vu qu’on a plus de maison, en plus de squatter chez de forts urbains amis, on îlote, on piscine, on  baguenaude par-ci, par-là, en essayant de scotcher le plus d’images possible sur notre rétine, en prévision des frimats métropolitains, tels de cérébraux post-it, qui nous ramèneront d’un souvenir sous des lattitudes encocotées.

img7423.jpgimg7499.jpgimg7417.jpgimg7441.jpgimg7503.jpgimg7514.jpgimg7391.jpgimg7381.jpgimg7612.jpgimg7609.jpgimg7592.jpgimg7734.jpgimg7700.jpgimg7692.jpgimg7623.jpgimg7622.jpgimg7618.jpgpb160243.jpgpb160278.jpgpb160282.jpgpb160180.jpgpb160302.jpgimg7685.jpgpb160279.jpg

Ma chère-et-tendre-sans-qui-je-ne-serais-rien-qu’une-huître-sans-rocher m’informe qu’il n’est pas utile d’essayer de faire croire que le bellâtre sur son paddle de la première photo n’est autre que votre serviteur zélé, dans la mesure où ce dernier apparaît dans une posture ridicule et incorfontable sur l’engin susdit, un peu plus bas. On ne peut pas être brillant partout.



A droite ou à gauche

Visite guidée du Parc des Grandes Fougères avec Jean et Zou, avec concours de camouflage à la fin.

img7036.jpgimg7038.jpgimg7041.jpg

img7084.jpgimg7085.jpgimg7106.jpg

img7088.jpgimg7109.jpgimg7122.jpg

img7118.jpgimg7111.jpgimg7125.jpg

Ensuite journée sur l’Ilôt Canard avec Benjamin et ses parents. Tout s’est bien passé sauf quand Simon s’est fait attaqué par une mouette (il a fallu faire demi-tour et la contourner!).

img7209.jpgimg7213.jpgimg7218.jpg

img7223.jpgimg7226.jpgimg7230.jpgimg7236.jpg

img7244.jpgimg7238.jpgimg7254.jpgimg7258.jpgimg7265.jpgimg7271.jpgimg7275.jpg

img7279.jpgimg7280.jpgimg7300.jpgimg7304.jpgimg7317.jpgimg7327.jpg

Et après, on est rentré se reposer …



XIVèmes Jeux du Pacifique

Pour que le son de la BO des Jeux du pacifique ne se superpose pas à la chanson, il faut désactiver celle-ci dans l’article Simon a 2 ans, ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

C’est parti pour 2 semaines de sport non stop, des compétitions réparties sur tout le Territoire (surtout à Nouméa quand même), des compétiteurs venus de tout le Pacifique (sauf le japon, la Nouvelle Zélande, l’Australie parce qu’on est pas fous non plus, on veut gagner). Non seulement on peut assister à des jeux assez méconnus (le cricket par exemple), mais aussi apprendre l’existence de nations majeures du sport comme Niue, Kiribati, Tokelau, Palau ou Nauru. Autant dire que nous écrasons tout ce petit monde au tableau des médailles, c’est toujours bon à prendre pour l’estime de soi.

img7330.jpgimg7331.jpgimg7336.jpgimg7332.jpg

Ceci étant posé, comme nous sommes (encooore) en vacances, nous naviguons chaque jour d’un site à l’autre, avec une nette préférence (comme c’est bizarre) pour le volley et le rugby. Le rugby étant un sport cruel, l’équipe nationale de Niue a démontré qu’il est possible d’encaisser 78 pts en 14 mns (duré d’un match à 7) contre les Fidji. Je fus contraint à ectte occasion d’expliquer à mon fils, pris d’un soudain accès d’empathie envers les joueurs niuéens(?), niuéiques(?), niuéais(?) que, quand Papa jouait au rugby, cela lui était aussi arrivé et que l’on peut quand même réussir sa vie après une telle déculottée (omettant volontairement de mentionner l’issue de la partie afin de conserver un tant soit peu d’admiration dans les yeux de mon fils, puisque j’avais terminé l’après-midi aux urgences, victime d »un géant vert (Les couleurs de Montauban) qui avait jugé bon d’applatir le ballon à travers mon corps, provoquant au passage de profondes lésions notamment dans toute la partie supérieure de mon anatomie…).

img7337.jpgimg7341.jpg

Par ailleurs,le spectacle est souvent autant dans les tribunes que sur le terrain.

img7131.jpgimg7144.jpgimg7148.jpgimg7178.jpgimg7342.jpgimg7346.jpg

img7350.jpg



Premier lustre

p1410763.jpgp1410773.jpgp1410792.jpgp1410791.jpgp1410790.jpgp1410762.jpgp1410828.jpgp1410822.jpgp1410814.jpgp1410808.jpgp1410794.jpgp1410796.jpgp1410798.jpgp1410800.jpgp1410806.jpg

Le premier quinquennat de Pablo s’achève ici en Nouvelle calédonie, ce qui nous a évité d’assister à un autre quinquennat autrement plus, comment dire, en restant mesuré, délicat.



Sainte Madeleine fait la noisette pleine (proverbe sciuridé)

Iguazu? Déjenme reir. Niagara Falls? Let me laugh. La Madeleine, c’est tout de même autre chôôse, Madame: un cadre latéritique (du latin, later,brique, la latérite résulte de l’altération des roches sous des climats inter-topicaux et se présente sous une teinte brune-rougeâtre qui pourrit les chaussures que vous pouvez les jeter en rentrant à la maison, et ON ENLEVE LES BASKETS EN MONTANT DANS LA VOITURE, C’EST PAS VOUS QUI LA NETTOIREZ DEMAIN DES L’AUBE A L’HEURE OU BLANCHIT LA CAMPAGNE, SI VOUS CONTINUEZ JE PARTIRAI ET J’IRAI PAR LA FORET, J’IRAI PAR LA MONTAGNE!!!!!!!), de multiples zones de reboisement où nous admirâmes de spectaculaires espèces endémiques (non, je vais pas répéter encore une fois ce que ça veut dire) avant d’arriver, bouche ouverte, langue pendante, yeux écarquillés devant LA merveille:

img6961.jpg

 img6933.jpgimg6936.jpgimg6959.jpgimg6958.jpgimg6939.jpgimg6970.jpg

img7022.jpg

Cet enthousiasme est peut-être un brin excessif, me dit-on… C’est joli quand même,non?



The last but not the least.

img6546.jpg

Une dernière boucle avant le retour à l’écurie, en compagnie d’une famille Carprentrasso-lozéro-avignonnaise, dont, je crois, c’est la première apparition en tant que protagoniste sur ce blog et qui en tire d’ailleurs une grande fierté,  une sorte de bâton de maréchal de l’expatriation, en somme (ou en Calédonie en l’occurence).

Alors nous voilà partis direction Poingam, tout au nord de l’île, soit un petite journée de trajet pour rejoindre le relais pour une soirée et la nuit suivante. Au programme, coucher de soleil et collecte de coquillages, surtout des yeux de Sainte Lucie.

img6449.jpg img6450.jpgimg6454.jpgimg6542.jpg

img6477.jpgimg6471.jpgimg6563.jpgimg6579.jpg

img6496.jpg

img6572.jpgimg6612.jpgimg6606.jpg

Ensuite, on bascule sur la Côte Est pour traverser le coeur de la Kanaky, et d’ailleurs les étendards kanaks ont beaucoup fleuri depuis notre dernier passage. Cascades de Tao, bac de la Ouaième, sauvageté des paysages (si,si)

img6626.jpgimg6649.jpgimg6666.jpgimg6634.jpgimg6681.jpg

img6674.jpg

Arrivée à Hienghène où nous avons mis en application le plan « Vacances » qui consiste en un seul point: se les rouler le plus lentement possible. Sauf un saut à Tiendanite, lieu de la sépulture de Jean-Marie Tjibaou. Sinon, le plan s’est déroulé à merveille.

 img6712.jpgimg6724.jpgimg6731.jpgimg6761.jpgimg6784.jpgimg6753.jpgp1410184.jpgp1410175.jpg

img6797.jpgimg6802.jpgp1410253.jpg

Dernière étape, Poé sur la Côte Ouest avec un temps qui ne s’arrange pas, même si, malgré l’adversité des éléments, nous parvenons quand même à conserver une grande élégance, humide certes, mais admirable au regard des conditions extrêmes auxquelles nous fumes confrontés (Sean Connery, non? c’est frappant!). Et comme en plus nous sommes gentils et altruistes, on en fait aussi profiter les poissons (qui essayaient d’applaudir avec leurs nageoires, c’était ridicule et en plus ils tombaient au fond de l’eau).

amba0088.jpgamba0097.jpgamba0037.jpgp1410472.jpg

p1410499.jpg



Simon a 2 ans

2ansdesimon019.jpg2ansdesimon010.jpg2ansdesimon014.jpg2ansdesimon006.jpg2ansdesimon007.jpg2ansdesimon008.jpg2ansdesimon015.jpg2ansdesimon016.jpg2ansdesimon017.jpg2ansdesimon009.jpg2ansdesimon010.jpgLe mois de mars s’est achevé sur la célébration du 2ème anniversaire de Simon qui avait invité les quelques camarades de crèche qu’il apprécie (il est très exigeant sur  la qualité de ses relations (en fait, son frère en a surtout profité pour inviter ses copains) ) et organisé une matinée récréative (pour les enfants…). Intenses moments de joie, de jeux, des surprises et un peu d’embarras (d’où l’air … comment dire… un peu coincé,  sur la photo) quand il a fallu souffler les 2 bougies du gâteau cuisiné par sa Maman (si, si, la sienne, oui, celle-là même) face à une assistance qui le regardait fixement, sans comprendre ce que l’on attendait exactement de lui!



Escapade à la réunion

 Sur le chemin du retour en Calédonie, nous avons fait étape à la Réunion où vit l’autre partie de la famille en exil tropical et volontaire. Au programme pour commencer, un week-end à L’Hermitage dans un gîte géré par l’ONF (vivement que notre Président mette un peu d’ordre dans ces avantages indûs, ces scandaleux privilèges dans lesquels se vautrent des fonctionnaires lubriques et oiseux, ne songeant qu’à abuser de la générosité de la Frôôônce, au crochet de courageux et désintéressés libéraux, se levant tôt et travaillant dur afin de payer les impôts ruineux qui financeront ce genre de villégiature … Fermez le ban), à 20 m de la plage et au milieu des cocotiers.

nol2010larunion020.jpgnol2010larunion051.jpgnol2010larunion035.jpgnol2010larunion057.jpgnol2010larunion066.jpg

nol2010larunion062.jpg

Du point de vue culturel, une expression s’impose immédiatement: « La Dodo lé la ».

 nol2010larunion115.jpg

nol2010larunion117.jpgnol2010larunion118.jpgnol2010larunion119.jpg

Ceci mis à part, Cilaos, une sorte de Megève tropicale mais toujours en été (taaa, tatatataaaaa, tatatataaaa, taaaaa), inspire un drôle de sentiment, une impression de montagne mitigé par une atmosphère tropicale. la route pour monter est superbe.

nol2010larunion094.jpgnol2010larunion108.jpg

nol2010larunion122.jpgnol2010larunion132.jpgnol2010larunion128.jpg

Sinon, le maïdo dans le brouillard ressemble à plein d’autres paysages dans le brouillard, c’est blanc et cotonneux. Par contre, le volcan (le Piton de la Fournaise) et ses alentours sont à couper le souffle:  de belles images valant mieux que de longs discours (quoique brillante soit la plume), la preuve:

nol2010larunion156.jpg

nol2010larunion176.jpgnol2010larunion186.jpgnol2010larunion195.jpgnol2010larunion191.jpg

nol2010larunion181.jpg

Ensuite, la Route des Laves qui traverse les coulées qui sont successivement descendues du piton jusqu’à la mer. Il se dit qu’une coulée s’est miraculeusement arrêtée à la porte de Notre Dame des Laves, mais renseignements pris, elle est tout de même parvenue à y entrer en provoquant un incendie qui a détruit tout ce qui s’y trouvait… Déja qu’Il a des trous dans les pieds et les mains, voilà qu’on essaie de le faire griller.

nol2010larunion267.jpg

nol2010larunion254.jpgnol2010larunion245.jpgnol2010larunion274.jpg

Et puis Saint Denis, vu des hauteurs de la Montagne et de Saint François depuis la maison.

nol2010larunion082.jpg

nol2010larunion091.jpgnol2010larunion312.jpgnol2010larunion311.jpg nol2010larunion313.jpg

 

 



Une semaine en bateau

Le mois de novembre annonçant l’arrivée de l’été austral, l’heure de profiter du lagon semblait venue surtout que Mamie et Papi venaient de débarquer de Draguignan, avec la ferme intention pour Papi de réactiver ces vieilles pratiques polynésiennes (je parle de la pêche et de la chasse bien sûr) et pour Mamie, de se consacrer à  ses 2 garçons du bout du monde.

Départ le dimanche soir dans un coucher de soleil à faire pâlir Humphrey Bogart et Lauren Bacall, lumière rose et langueur tropicale suscitent en moi une irrésistible envie … euh enfin bref, c’était très joli. Quelques heures plus tard, nous mouillâmes à l’abri de l’Ile Ouen afin de profiter du calme nécessaire au repos nocturne.
Luuundi matin, après un petit tour sur l’Ile sus-nommée, le temps pour Jean-François de perdre l’intégrité de ses pieds sous la morsure du soleil, le Roi, la Reine et le Petit Prince lèvent l’ancre direction l’Ile des Pins destination la Baie de Gadji. Le mouillage est idéal, îlots déserts et plages de sable fin, les vacanciers récupèrent d’un long voyage pour les uns, les autres se contemplent le nombril avec un sourire ravi. Bref la vie coule paisiblement, d’autant que la pêche a été bonne et qu’à  midi il y aura du perroquet…
Le second jour du périple nous amène à la Baie d’oro dont l’attrait principal ne sont pas les Japonais qui logent au Méridien, quoique d’un aspect physique fascinant, mais la fameuse piscine naturelle dont l’abondance en poissons et la limpidité des eaux sont proprement stupéfiantes.
Le retour au bateau fut plus malaisé dans la mesure où la rigueur quasi-germanique du rédacteur de ce modeste article a encore fait merveille, se trompant de plage pour le rendez-vous de l’annexe, ce qui nous valut une balade en forêt improvisée pour constater enfin ,arrivés sur le lieu du rendez-vous, que le skipper avait finalement compris notre malencontreuse méprise et nous attendait là où nous étions arrivés par erreur, une heure et demie auparavant.
Etape suivante: Kuto et Kanumera. Premier bistrot depuis 4 jours (mon Dieu comment cela a-t-il été possible?), un peu de repos sous les cocotiers en sirotant une Number One glacée, et voilà la troupe repartie à la découverte de l’endroit malgré ses déboires épidermopodologiques.
La vie à bord s’avère agréable quoique stressante, notamment à cause des plus jeunes passagers d’entre nous dont la principale occupation consiste à sauter sur les filets qui séparent les flotteurs du catamaran. Autant dire que leurs parents frôlent régulièrement l’apoplexie. Malgré cela, les traversées demeurent extrêmement plaisantes et donnent l’occasion de s’adonner à la pêche à la traîne, dont le fruit (c’est une expression parce qu’en fait c’est du poisson) garnissent notre menu quotidien de thon jaune, tazar, et autre bonite.
Nous finirons notre odyssée par un arrêt sur l’Ilot de Kouaré (lors du retour vers Nouméa), belles plages et tombant absolument magnifique, clafi de poissons de toutes tailles, couleurs et formes, tortues, raies et requins… Bref un condensé du lagon et du grand large.
Fin de l’histoire et retour au bercail, avec des souvenirs et des images pour les longues soirées d’hiver que nous revivrons bientôt, car notre retour à  la Mère Patrie approche à grands pas.

PS: comme vous avez pu le remarquer, on saute beaucoup sur les photos, c’est assez ridicule mais on nous a dit que ça faisait jeune.

RePS: L’album est à consulter dans le menu de droite.



Tournée de printemps en Nouvelle Zélande

Les meilleurs éléments de la famille ZELMIRE–GONZALEZ avaient été sélectionnés par la Fédération Calédonienne de Promenade (FCP) pour effectuer cette tournée de printemps au pays des Oz Blacks (comme dirait Pablo). Aussi après 2 h de vol, nous voici débarquant à Auckland sous un ciel gris et menaçant. Après une nuit à  l’hôtel, nous prenons possession de notre bus, avec lequel nous sillonnerons le pays des Kiwis. Puisque personne ne le demande, je précise que les kiwis roulent à gauche et que mener un tel bahut à bon port du mauvais côté de la route, est un véritable exploit. Heureusement, les qualités psychologiques et athlétiques de votre serviteur nous permirent de l’accomplir avec un brio et une aisance qui provoquaient souvent l’enthousiasme des populations indigènes, sidérés par tant de facilité, la dernière performance française d’un tel niveau en Nouvelle Zélande remontant à l’attentat contre le Rainbow Warrior, ce qui, avouons-le, était nettement moins reluisant.
D’autant plus que le climat local est particulièrement humide et que nous avons même dû une fois, au péril de nos chères existences, franchir un tronçon de route recouvert de la terre qui avait glissé de la colline et qui menaçait encore. Ceci toujours au volant du Mégaparpaing.
nzseptembre2010449.jpg
Tournée de printemps en Nouvelle Zélandenzseptembre2010092.jpgnzseptembre2010109.jpgnzseptembre2010180.jpgnzseptembre2010216.jpg
href= »http://zelmires.unblog.fr/files/2010/10/nzseptembre2010024.jpg » title= »nzseptembre2010024.jpg »>nzseptembre2010024.jpgnzseptembre2010002.jpgnzseptembre2010069.jpgnzseptembre2010058.jpgnzseptembre2010050.jpg
Voici un échantillon représentatif de photos, où vous constaterez que la Nouvelle Zélande est en fait une version sudiste de l’Ecosse, tant au niveau faune que paysage et habitants, si l’on excepte les fougères arborescentes et les Maoris quand même. La campagne garde un furieux air de Far West avec ses villages où ne manquent que les diligences et les saloons. Seules détonent un peu les maisons communes maoris qui donnent un petit air polynésien à un environnement qui n’a pas grand-chose de tropical.
Une autre particularité est l’origine volcanique de la Nouvelle Zélande, ce qui donne l’occasion aux plus jeunes d’entre nous d’apprendre de nouveaux mots du style « geyser », ou « cratèresquisententlachaussettesale ». Il convient également de mentionner ici le kiwi dont la particularité est d’être oiseau sans pour autant pouvoir voler, kiwi qui est une version minuscule du disparu Môa qui souffrait de la même incapacité mais mesurait dans les 3 mètres au garrot.
nzseptembre2010252.jpgnzseptembre2010348.jpgnzseptembre2010356.jpgnzseptembre2010386.jpgnzseptembre2010380.jpg
nzseptembre2010111.jpgnzseptembre2010122.jpgnzseptembre2010135.jpgnzseptembre2010225.jpgnzseptembre2010323.jpgnzseptembre2010352.jpgnzseptembre2010353.jpgnzseptembre2010381.jpg
nzseptembre2010097.jpgnzseptembre2010100.jpgnzseptembre2010178.jpgnzseptembre2010252.jpg
Une jolie ville au milieu des montagnes: Rotorua, qui s’est spécialisée dans les bains d’eau chaude, dont la chaleur est bien sûr d’origine volcanique.
nzseptembre2010403.jpgnzseptembre2010419.jpgnzseptembre2010434.jpg
Et des moutons, des moutons, des moutons…
nzseptembre2010173.jpg
Enfin, le jour du Crunch, le choc entre les 2 joueurs qui ont le plus marqué le rugby des 15 dernières années, chacun à leur manière bien entendu…
nzseptembre2010156.jpgnzseptembre2010164.jpg
nzseptembre2010506.jpgnzseptembre2010519.jpgnzseptembre2010472.jpg
nzseptembre2010469.jpgnzseptembre2010468.jpg
En image la preuve que l’on peut être anglo-saxon et avoir de l’humour.
nzseptembre2010479.jpg



12345...10

Nëkwéta Surf Camp |
Pistes Africaines |
Bucky, la warwickette!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Road Trip in Asia
| Carnets de Roots
| diego